STAGE DE PREMIÈRE LICENCE : FEU VERT POUR 13

October 9, 2018

Tenu les 27 et 28 septembre, le 73ème stage d’obtention de première licence a réuni 14 postulants sur le centre d’entraînement de Chantilly, soumis au programme habituel qui les teste de la théorie à la pratique, avant l’envié « OK » du jury, transmis ensuite aux Commissaires de France Galop, comme condition sine qua non de leur aval définitif pour l’obtention de la licence.

 

Le stage débute ainsi par des communications successives de MM. Henri Kiriel (Services juridiques de France Galop) et Alexis Teisseire (Club) sur le Code des Courses, la place de l’amateurisme dans l’Institution, ses droits et devoirs, le rôle du Club, les fondamentaux en casaque comme à pied, etc. ; puis enchaîne sur les tests physiques sur cheval « mécanique » à l’Ecole des Courses Hippiques (séances animées par Catherine Rieb-Ménard) ; avant le « live » du lendemain où les élèves montent d’abord chez plusieurs entraîneurs (sollicités pour les annoter et les noter, élément essentiel pour le verdict final) puis sont vus par ledit jury en selle sur les chevaux de l’ECH (botte à botte, sortie de boites…). 

 

En amont, les postulants auront dû satisfaire à diverses obligations d’ouverture de dossier, via les services des licences de France Galop et le Club, avec notamment les nécessaires attestations d’aptitude (sous la signature des entraîneurs chez lesquels ils pratiquent) et de respect des critères de l’amateurisme, tant dans leur situation professionnelle que dans leur comportement (certificats d’emploi ou attestations d’études, conformité des polices d’assurance, lettres de recommandations « morales » de deux parrains, etc.).

 

En fin de compte, le jury, présidé par Gérard de Chevigny, Président du Club, assisté par l’ex-jockey vainqueur d’Arc Thierry Gillet (une première, le concernant, pour conforter le fondé des décisions), a donné son aval à treize des quatorze participants, attendus sur les programmes officiels dans les tout meilleurs délais. A savoir :

 

-Juliette Benech, 17 ans, étudiante, en première année de Droit, fille de l’ex-jockey d’obstacle François Benech, mise à cheval depuis son plus jeune âge. Elle a fait ses premières armes en équitation de course chez Marcel Rolland, puis a pu être l’hôte d’autres « maisons », chez Jehan Bertran de Balanda, chez Ludovic Rovisse, et chez Satoshi Kobayashi, signataire de son attestation d’aptitude. Ses lettres de recommandation ont émané de son père François Benech et de l’ex-GR Christophe Gard.

 

-Maxime Bonsergent, 19 ans, sportif de haut niveau (en cyclisme), actuellement militaire au Centre National des Sports à Montlhéry (ex-Bataillon de Joinville). Originaire de Château-Gontier, passionné de courses depuis son plus jeune âge, il a commencé à pratiquer l’équitation de course chez W. Menuet, et chez divers entraîneurs des centres d’entraînement de Sennones et de Dragey, et maintenant chez les Leenders (Gabriel Leenders, signataire de son certificat d’aptitude). Ses parrains sont Hugues Crosnier, Président de la Société des Courses de Craon, et le GR bien connu François Gautier.

 

-Léo-Paul Bréchet, à l’aube de ses 16 ans, lycéen en 2nde générale, fils du très titré GR d’obstacle Philippe Bréchet, multiple Cravache d’Or (et notamment consigné dans le Livre des Records pour avoir remporté le Grand Cross de Craon à cinq reprises avec le fameux Archy Bald). A cheval dès son plus jeune âge, en club hippique (galop 6) puis sur les parcours de courses de poneys, il est accueilli à l’entraînement à domicile (centre d’entraînement de Dragey, Baie du Mont-Saint-Michel) chez Patrice Quinton (signataire de son attestation d’aptitude) et son dossier se complète des lettres de parrainage de son père et du GR Charles-Antoine Prunault.

 

-Elodie Daveau-Coudray : étudiante pour le titre d’Ingénieur en agro-alimentaire, cavalière depuis ses plus jeunes années, elle a participé au Championnat des Grandes Ecoles en 2017, gagnante d’une qualificative (pour l’ENSAIA, à Nancy où elle avait découvert le monde des courses par l’intermédiaire d’un ancien cavalier d’entraînement de Maisons-Laffitte et s’était mise à l’équitation de course, accueillie chez M. Dondi). Poursuivant l’idée de persévérer au-delà de son expérience du Championnat des Grandes Ecoles en montant régulièrement chez Guy Chérel à Maisons-Laffitte (d’où son attestation d’aptitude), elle a franchi ce nouveau cap, avec le soutien de ses parrains, André Pommier (« coach » des cavaliers des Grandes Ecoles) et le GR Yannick Mergirie, tout aussi déterminant dans le succès de ce Championnat.

 

-Jules Doumen : lycéen en 2nde générale, arrière-petit-fils de l’entraîneur Jean Doumen, petit-fils de l’entraîneur et ex-GR François Doumen, fils de l’ex-GR puis grand jockey d’obstacle Thierry Doumen, il a grandi dans cet univers familial exigent, tant il est exceptionnellement riche en éminentes personnalités du turf, de génération en génération, de prénoms en prénoms, sous le même nom. Ses parrainages ont été signés de son père et de Thibault Marlin ; c’est Mathieu Boutin qui a parafé son certificat d’aptitude, choisi parmi les divers entraîneurs chez qui il est bienvenu, dont notamment Mickael Seror.

 

-Marie Houillon : 25 ans, Doctorante contractuelle en mathématiques (laboratoire de recherche en enseignement supérieur, Université de Strasbourg), est  fille de David Houillon et de Sandra Halbwachs, tous deux titulaires de permis d’entraîner, tandis que son oncle Gilles Houillon détient une licence d’entraîneur public dans l’Est. C’est dans ce contexte qu’elle a accumulé les expériences de cavalière, notamment en courses de poneys et en courses « rurales », des deux côtés du Rhin. Munie de l’attestation d’aptitude signée d’Alphonse Kleindienst, ex-entraîneur public désormais permis d’entraîner, elle a conforté son dossier des parrainages de Lucien Matzinger, Président de la Société des Courses de Strasbourg, et du GR Ronan Richert.

 

-Lucie Lebeurrier : 24 ans, munie d’un Bac Pro, BEPA Activités Hippiques-Elevage, et du brevet BPJEPS (éducatrice en activités équestres), elle a accumulé les expériences professionnelles de type « chevaux de selle » dans l’Essonne (Haras de Gravelotte, centre d’insémination artificielle), dans la Sarthe, en Vendée (écurie de propriétaires de chevaux de concours) jusqu’en Corrèze (dressage), où, par l’entremise de Mme Trillaud-Geil (permis d’entraîner), elle a découvert l’équitation de course sur l’hippodrome de Pompadour. Elle a ainsi bifurqué vers les courses, d’abord au service de Fabien Lagarde et maintenant à celui de Guillaume Macaire (en son annexe de Ségur-Le-Château), qui l’a titularisée assistante (statut qui restreint à 2 années sa licence d’amateur). Ses lettres de recommandation émanent de Barbara Guenet et de Mathieu Lasternes (Commissaire à Pompadour).

 

-Alice Lemal : 28 ans, en fonctions au Pôle Communication et Développement (plus particulièrement sur le digital, détentrice d’un Master dans la spécialité) au siège deauvillais d’Arqana, se présentant au stage avec les parrainages locaux de l’ex-GR Eric Hoyeau (PDG d’Arqana) et de la Cavalière Marie Artu, elle a fait ses classes d’équitante de course sur le centre d’entraînement de La Touques chez Stéphane Wattel – avec l’aval de ce dernier, en termes d’aptitude pour l’examen. Précédemment, elle a pratiqué les sports équestres pendant une quinzaine d’années, en compétition CSO aux niveaux régional (double Vice-Championne),  puis national (Championnats de France) et international (Equipe de France Universitaire, sélection aux Championnats du Monde aux USA). Son CV s’enrichit aussi d’acquis en éthologie et dans la spécialité du polo.

 

-Emilien Manceau : âgé de 17 ans, travaillant dans une entreprise de bâtiment-rénovation, il est né « dans le milieu », en Mayenne, assistant aux courses depuis ses plus lointains souvenirs d’enfant, et a fait ses armes chez son oncle Damien Cadot, entraîneur à Daon, qui a parafé son certificat d’aptitude. Son dossier se complète des courriers de recommandation d’Emilie Varin (permis d’entraîner) et du GR actuel Sylvain Maussion.

 

-Jean-Baptiste Pavard : 27 ans, diplômé de Kedge Business School, conseiller financier, en cours de reprises d’études vétérinaires, il a contracté le « virus » à la faveur de sa participation au Championnat des Grandes Ecoles 2016. Au contact du cheval depuis ses plus jeunes années, des poneys aux diverses autres races de chevaux de loisir (y compris ceux de polo et d’endurance, pratiquée en compétition), il a « mordu » au-delà de l’expérience des G.E., en participant à l’entraînement d’abord à Maisons-Laffitte chez Guy Chérel puis à Chantilly chez Robert Collet – lequel a attesté de son aptitude, en appoint des courriers de parrainage du jockey d’obstacle Ludovic Philipperon et de la Cavalière Marie Artu.     

 

-David Sarfati : 22 ans, étudiant à la Sorbonne (Eco Gestion), formé d’abord à l’école de l’équitation « classique » sur le chemin tracé par son père, il s’est pris de passion pour l’équitation de course à l’âge de 12 ans, en la découvrant chez l’entraîneur deauvillais Georges Doleuze. Les hippodromes et le monde des courses l’ont vite reconnu des leurs, avant cette participation attendue au stage d’obtention de première licence, où ses parrains ont été les GR Damien Artu et Charles-Antoine Prunault, et où son certificat d’aptitude a émané de l’entraîneur cantilien Yohann Gourraud.

 

-Julia Simart : 26 ans, provenant du monde du concours hippique, où elle s’est produite durant une dizaine d’années, elle a intégré le monde des courses du Sud-Est par relations et s’est initiée à l’équitation de course, pour accumuler désormais plus de trois ans de « métier », parallèlement à ses études en cours (Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique, formation pour la direction d’établissements sanitaires). Sa participation au stage a été précédée des courriers de Brigitte Ré-Scandella (ex-championne Cavalière) et de l’inoxydable GR phocéen Claude Parrinnello, comme parrains de moralité, et de l’entraîneur marseillais Christian Scandella. 

 

-Lucas Zuliani : bientôt 16 ans, étudiant en 2nde D DEC Pro Commerce à La Flèche, frère cadet d’Angelo Zuliani (jeune GR d’avenir, passé professionnel en cours de saison, au service de François Nicolle), il a, comme son aîné, transité par les poneys, en CSO (participant aux Championnats de France), titulaire d’un Galop 6, et ensuite en courses, avec le soutien de son oncle, l’ex-jockey d’obstacle et entraîneur Jean-Luc Guillochon. C’est ce dernier qui a signé l’attestation d’aptitude, comme auraient sans doute pu le faire d’autres entraîneurs chez lesquels Lucas s’est appliqué à varier ses expériences, tels Philippe Peltier et Serge Foucher. Pour les témoignages de moralité, ont été versées au dossier les lettres de Corine Guillochon et de Thibault Marlin.

 

 

Please reload

Posts à l'affiche

CHAMPIONNATS FEGENTRI 2020 : LES REPRÉSENTANTS DE LA FRANCE

November 5, 2019

1/2
Please reload

Posts Récents

October 18, 2019

June 19, 2019

Please reload

Archives