CHAMPIONNATS DU MONDE FEGENTRI 2022 : QUI POUR LA FRANCE ?

Habilité pour la désignation des porte-drapeaux de la France dans les Longines Championnats du Monde Fégentri - en l’occurrence ceux de 2022 -, le Bureau du Club a arrêté son choix, sur les circuits respectifs du plat pour les Cavalières, du plat pour les Gentlemen, et de l’obstacle (où la compétition est mixte et associe la Fégentri et la Gentlemen’s League).


Plusieurs facteurs entrent en ligne compte, pour la sélection des heureux élus, sachant que le Club français s’efforce de changer de titulaires tous les ans, attentif à créer un « turnover » qui puisse mettre en scène le plus grand nombre possible de ses membres les plus qualifiés sur le moyen et long terme. C’est là une spécificité française - autant que faire se peut -, là où la quasi-totalité des autres nations en lice donne souvent à leurs représentants l’opportunité de participer à plusieurs éditions successives des Championnats du Monde Fégentri.


Il y a évidemment les divers acquis de carrière des uns et des autres sous la casaque ; mais tout aussi bien sont requises les qualités qui leur seront reconnues de parfaite civilité et d’esprit sportif, inhérentes à leurs obligations de représentants officiels de la France et d’ambassadeurs de son Club, partout où ils seront invités à se produire.


Autre condition sine qua non : les « nominés » se doivent d’assurer aux organisateurs leur plus totale disponibilité urbi et orbi, à l’appel de leurs invitations successives, d’un pays à l’autre, sur tout le calendrier des Championnats. Priorité se doit donc d’être donnée à leurs engagements internationaux « Fégentri » - ce qui induit de refuser toutes éventuelles sollicitations simultanées sur le sol national. En écho à ces engagements, il faut aussi s’assurer que les titulaires aient pu combiner leurs obligations professionnelles et familiales avec leurs agendas de déplacements « Fégentri ».


Fatalement très impactés l’an dernier par des contraintes sanitaires internationales qui ont conduit à l’annulation de plus de la moitié des habituelles étapes, les Championnats 2021 (après l’année blanche 2020, sans Championnats) ont consigné comme Champions du Monde les noms de l’espagnol César Pena Alonso chez les Messieurs et de la tchèque Hana Jurankova chez les Dames, là où la France a laissé au pied des podiums Sébastien Bouyssou et Tracy Menuet.


De fait, le calendrier 2022, en cours de finition, demeure peu ou prou exposé à d’éventuelles déprogrammations pour les mêmes raisons, susceptibles d’affecter le nombre de pays-hôtes (et de continents), ainsi que le nombre total d’étapes, par rapport aux années « pré-Covid », dont les meilleures éditions ont culminé à 29 courses plates dans 16 pays différents pour les Cavalières, à 22 courses plates dans 11 pays pour les Gentlemen-Riders, et à 9 courses dans 6 pays pour les amateurs d’obstacle.

C’est dans ce contexte général que le Bureau du Club a avalisé un « team France 2022 » composé de Maëlle Le Levreur, Thibault Marlin et Romain Lemière. Bonne chance à eux !


Cavalières : Maëlle Le Levreur.

Valeur montante chez les Cavalières de l’Ouest, Maëlle Le Levreur a obtenu sa licence en 2017 (Promotion David Cottin), parrainée par la famille Leenders, père et fils, ainsi que par François Gautier, avec l’appoint de ses attestations professionnelles au titre d’assistante vétérinaire en « équin » à Nantes.

Depuis lors, elle a été vue environ 80 fois en selle, au seuil des 10 victoires, avec les faits marquants de sa saison 2019 (5 victoires, dont le classique Prix des Amazones à Nantes, pour E. et G. Leenders), ou encore son association victorieuse avec l’excellent Folamour sous la prestigieuse casaque Wertheimer à Evreux le printemps dernier, sellé par Edouard Monfort.

Ayant évolué dès son plus jeune âge dans le monde du cheval, elle a d’abord acquis ses bases classiques auprès du Colonel de Beauregard (Ecuyer à Saumur) et auprès des cavaliers olympiques de concours complet Jean-Yveset Nicolas Touzaint, avant de se tourner vers l’équitation de courses, avec pour initiateur tout trouvé son oncle, entraîneur à Chantilly, Emmanuel Chevalier du Fau.

Elle accumulera alors de fructueuses expériences successives auprès d’entraîneurs de renommée mondiale, André Fabre en France, Arthur Moore en Irlande, Gai Waterhouse en Australie, avant de solliciter sa licence de Cavalière, parallèlement à l’aboutissement de ses choix professionnels.

Maëlle Le Levreur se distingue par ailleurs pour son manifeste dévouement à la « bonne cause », tout aussi disponible qu’active au sein du « noyau dur » de l’Association des Gentlemen-Riders et des Cavalières de l’Ouest (AGCO). Sans compter son Violon d’Ingres, le dessin, où son coup de crayon pour saisir le cheval dans toutes ses expressions confère à sa signature une notoriété croissante.




Plat Gentlemen-Riders : Thibault Marlin.

Parvenu parmi les seniors des pelotons, Thibault Marlin se recommande d’une expérience qui force le respect, notamment celui de ses cadets, et qui s’exprime aussi bien sous la casaque qu’en sa qualité de journaliste, devant et derrière les caméras d’Equidia, unanimement connu et reconnu du petit comme du grand monde du galop, des plus reculés « tourniquets » de province aux plus grands hippodromes internationaux.

La saison passée a notamment valu 5 victoires supplémentaires à Thibault Marlin, dont le Grand Prix des GR de Bordeaux avec le précité Folamour, un appoint qui fait approcher son crédit total de la cinquantaine de victoires en plat, dont un titre de co-tête de liste des GR de l’Ouest, en 2009, partagé avec son ami Edouard Monfort.

Les programmes avaient fait apparaître le nom de Thibault Marlin il y a quelque trois décennies, avec une toute première licence de lycéen, étayée des lettres de recommandation de MM. Bernard Le Gentil et Bertrand de Tarragon, mais aussi - pour l’attestation d’aptitude - de Bernard Monnier et d’un certain André Fabre, ex-GR encore tout jeune entraîneur… d’obstacle (et dont Thibault Marlin sera d’ailleurs l’assistant, quelques années plus tard, avant de bifurquer vers le journalisme et de pouvoir ainsi rejoindre les rangs des amateurs).

Son admission comme membre du Club a été constatée en 1993, parrainé par son père, le Lieutenant-Colonel Bernard Marlin, figure historique de l’équitation militaire (240 victoires, tête de liste des GR en 1974, Eperon de Vermeil Fégentri 1973, Champion de France de Concours Complet en 1968) et par le Capitaine Geistodt-Kiener.

Les Championnats Fégentri confèrent autant de droits qu’elles imposent de devoirs à leurs participants, représentants du Club national. Nul n’en est sans doute plus conscient que Thibault Marlin, connu pour son attachement aux valeurs fondamentales de l’amateurisme et à leur plus strict respect. Ce en quoi il ne fait que mettre en application ses responsabilités d’actuel membre du Comité du Club et d’ancien Président de l’AGCO (Association des Gentlemen-Riders et des Cavalières de l’Ouest)…




Obstacles : Romain Lemière

Crédité de quelque 150 montes depuis ses débuts en 2014 – il était encore lycéen en 1ère Scientifique à Avranches -, Romain Lemière doit à sa saison 2021 son meilleur score, 6 victoires en obstacles, qui le hisse définitivement dans notre toute première élite des Gentlemen dans la spécialité.

Ainsi à elle seule, l’année 2021 lui a permis de multiplier par deux son capital-victoires, et de se prévaloir d’une compétitivité de haut niveau, confortée par une multitude d’accessits dans ce très fourni carnet de bord.

Fils d’éleveurs dans la Manche, il avait sollicité sa licence à l’âge de 16 ans (Promotion François Doumen), se prévalant des lettres de recommandation d’Edouard Monfort et de Jacques Colleville; Président de la Société des Courses de Granville.

Romain Lemière est une énième illustration de la fécondité du vivier de vocations d’amateurs d’obstacles qui caractérise le centre d’entraînement de Dragey, face à la Baie du Mont Saint-Michel – et notamment de cavaliers de cross-country, spécialité où le bien connu Philippe Chemin lui a mis le pied à l’étrier.

Au demeurant, ce dernier fait régulièrement appel à Romain Lemière, l’exposant volontiers à la concurrence des jockeys professionnels, dans un contexte aigu de compétition où le jeune Gentleman-Rider tient parfaitement son rang et fait l’unanimité pour sa correction et sa compétence - comme il la fait d’ailleurs au sein de la communauté des amateurs d’obstacle de l’Ouest.

Les mêmes arguments auront été avancés par les responsables de la Gentlemen’s League, Maxime Denuault et Gonzague Cottreau, dans la boucle pour le choix des représentants français des Championnats du Monde que chapeaute la Fégentri, à laquelle ils apportent leur précieux concours.

La somme de ces acquis sportifs et humains s’était concrétisée par l’admission de Romain Lemière au Club, en 2021, où sa candidature avait été appuyée des « sésames » du précité Thibault Marlin et de Gérard de Chevigny, sachant qu’aujourd’hui, âgé de 24 ans, il clôt le cycle de ses études d’ingénieur dans l’agro-alimentaire, pour l’heure en alternance au sein du groupe Savencia.



Publications récentes