Jean-Yves Artu : le Club s’incline

Au soir d’un week-end tout accaparé par les grandes heures d’Auteuil et résonnant de l’écho de la « glorieuse incertitude du turf », rien ne laissait supposer qu’une foudroyante crise cardiaque aurait pu emporter Jean-Yves Artu, de façon si inattendue et si prématurée, en la force de l’âge, là où tous ceux qui le côtoyaient étaient au quotidien les témoins admiratifs de son inaltérable vitalité, de sa débordante force de travail et de caractère, de sa pugnacité et de son optimisme en toutes circonstances…


Quels obstacles allaient pouvoir arrêter celui qui en avait tant franchis et s’était hissé au zénith de la plus exigeante des professions, celle de jockey d’obstacle ?


Ne s’était-il pas investi ensuite avec la même détermination dans l’entraînement, puis dans l’élevage, y singularisant la marque « Artu », à la faveur d’une toute particulière réussite, même dans la cour des grands, avec une structure pourtant réduite et demeurée essentiellement familiale, où le très matériel terme de « capital » ne s’entendait qu’au sens immatériel de « capital-passion »… ?


Forgé à la dure école de l’obstacle, Jean-Yves Artu avait notamment dû solliciter ce viscéral et salvateur capital-passion, propre à cette discipline, pour conjurer le terrible drame de l’accident fatal qui a emporté sa fille Nathanaëlle (à 22 ans, double Vice-Championne des Cavalières, puis passée professionnelle), sur la piste du Lion d’Angers, en juillet 2006, et se reprojeter corps et âme vers l’objet de sa passion.


Le respect s’impose, aujourd’hui, face à son souvenir et face à la douleur des siens.


Le Club des Gentlemen-Riders et des Cavalières, en son nom et au nom de tous ses membres, s’associe de tout cœur à cet hommage à Jean-Yves Artu, sachant le tribut de son foyer à la cause des courses d’amateurs, où se sont mis à l’honneur d’abord en son temps son épouse Carole (née Poileux, petite-fille du grand entraîneur Georges Bridgland), puis à leur tour ses enfants, la regrettée Nathanaëlle, Marie, aussi connue que reconnue chez nos actuelles Cavalières, et Damien, tête de liste 2019 chez les Gentlemen, passé depuis lors dans les rangs des professionnels.



Posts à l'affiche
Posts Récents